Partager
Retour

Découverte de Bréhat

Jeudi 17 juillet 2014 : Augustin, Clothilde, Corinne, Stéphane et Renée ont pris la route pour rejoindre le port de Tréguier, dans les Côtes d’Armor. Cette petite commune de 2700 habitants était le point de départ d’une randonnée de 70 kilomètres sur 3 jours, en itinérance. Arrivés sur place ils y ont retrouvé Camille et Thierry C. et fait connaissance avec les organisateurs, notamment Gilles, originaire de Cambrai et ravi d’accueillir des ch’tis sur sa randonnée.

Vendredi 18 : jour du grand départ, Augustin, Camille, Clothilde, Corinne et Stéphane ont embarqué à bord du « Sea Winner », notre yole de mer tandis que Thierry et Renée prenaient place à bord d’un bateau complété par des rameurs venus de différents clubs. La première partie de la randonnée leur a permis de descendre l’estuaire du Jaudy pour ensuite contourner l’île d’Er et rejoindre le camping municipal de Plougrescant. Les conditions météorologiques leur ont été favorables, peu de vent et un peu de soleil les ont accompagnés dans la découverte de cette magnifique côte bretonne. La yole des Lillois a bien avancé et s’est souvent retrouvée dans un groupe de tête constitué de quatre bateaux. Arrivés au camping, ils ont dégusté une bière locale : la Philomenn, en compagnie d’un équipage de Rouen qui les avait accompagnés en tête de la randonnée. L’occasion de faire plus ample connaissance en attendant que soit servie une énorme paëlla aux 70 participants, paëlle servie par les sympathiques bénévoles du club du Trégor Aviron-Ram Atao.

Samedi 19 : après une nuit orageuse, ils ont remballé leurs tentes, celles-ci, accompagnées des bagages, ont été emmenées en vedette à Bréhat. Service rendu de nouveau par les bénévoles, l’occasion de saluer l’organisation impeccable de cette randonnée. La journée s’est annoncée plus longue en kilométrage. Le matin : direction le sillon de Talbert. Ce sillon est en fait une digue naturelle, formée de galets et de sable de 3,5 kilomètres et atteignant 35 mètres de large. Il fallait partir à un moment très précis car pour contourner le sillon, les bateaux doivent s’engager à la file indienne entre les rochers, le passage ne peut donc pas se faire à marée basse. C’est finalement en avance que sont arrivées les yoles, ce qui a obligé les équipages à faire quelques ronds dans l’eau en attendant que la mer monte, leur ouvrant ainsi le passage. Arrivée sur le sillon, l’armada a débarqué pour y prendre un pique-nique bien mérité. En face d’eux, au loin, ils pouvaient enfin distinguer l’île de Bréhat mais n’y étaient pas encore !

En début d’après-midi direction l’île de Maudez puis petit crochet devant l’estuaire du Trieux avant de finalement partir vers Bréhat. Partis dans les derniers, les Lillois n’ont pas ménagé leurs efforts pour petit à petit remonter tous les bateaux et finir en un sprint final avec l’équipage rouennais. Sans ligne d’arrivée précise, difficile de dire qui arriva premier. Ce fut ensuite une entrée plus calme dans une baie, point de mouillage entre l’île de Bréhat et l’île Logodec. Il a alors été possible de débarquer et de découvrir l’île, très fleurie, agréable et calme : aucune voiture n’y circule, les déplacements s’y font à vélo ou à pied. Le soir, les rameurs fatigués purent engloutir un repas pantagruélique avant une nuit de sommeil bien méritée.

Dimanche 20 : sous un ciel gris et menaçant, le vent s’est levé formant quelques petites vagues mais les équipages ont repris la mer, la yole lilloise était de nouveau au coude à coude en tête avec le bateau de Rouen. Ils ont alors fait le tour complet de l’île de Bréhat découvrant des paysages superbes. Cependant, la fatigue se faisait sentir parmi certains équipages et régulièrement la sécurité les faisait stopper pour attendre les retardataires et regrouper les bateaux. Fin du périple, direction Paimpol. A quelques kilomètres de l’arrivée les fauves étaient lâchés : le bateau rouennais accéléra et se plaça en tête à quelques dizaines de mètres devant le bateau lillois. Encouragés par Corinne à la barre, qui donnait à son équipage la distance approximative restante, Stéphane, à la nage, accéléra également le rythme, les Lillois concentrés suivaient le rythme et le bateau prit davantage de vitesse. Petit à petit, ils remontèrent le bateau de Rouen, les autres yoles étant alors largement distancées. Pas de course, rien à gagner, pas de classement et encore moins de chronomètre mais ce fut une lutte acharnée entre les deux bateaux pour arriver premier ! Et finalement le bateau de Lille parvint à garder son rythme effréné sur les quelques kilomètres restants et remonta puis dépassa le bateau de Rouen, le distançant même de quelques mètres avant de s’arrêter une dernière fois pour l’ultime regroupement avant l’entrée dans le port de Paimpol.

De l’avis de tous les participants, ce fût une randonnée riche en sensations et en émotions avec de beaux paysages, un bateau à dompter, des équipages sympathiques… Tout le monde est rentré ravi d’y avoir participé. Les organisateurs ont fait un travail vraiment remarquable, ce qui a contribué à nous donner autant de satisfaction. Alors ? Rendez-vous dans 2 ans ?

photos de rameurs et de bateauxAVIRON UNION NAUTIQUE DE LILLE

Aviron Union Nautique de Lille - 38 Avenue Marx Dormoy. BP86 59006 LILLE CEDEX. Tel : 03 20 92 10 98  -  nous contacter