Partager
Retour

Randonnée de cologne

La randonnée de Cologne est terminée et c’est bien dommage tant elle s’est bien déroulée. Nous y serions bien restés quelques jours de plus !

Mais revenons quelques jours en arrière : nous sommes le vendredi 27 avril, vers 19h30, tous les rameurs se rassemblent à côté de la gare Lille Flandres, dans le froid et sous une pluie faible. Sans trop savoir comment va se dérouler cette sortie, nous prenons la route de Cologne via la Belgique.

Trois heures plus tard c’est sous une pluie battante que nous arrivons au club d’aviron de Cologne. Évidemment c’est la nuit et il fait froid. Guido, l’organisateur de cette sortie, nous accueille très gentiment et nous conduit dans les vestiaires où nous prenons un peu de repos avant d’affronter cette randonnée d’un total de 200 km.

Après cette courte nuit nous avalons un rapide petit déjeuner avant de prendre un autocar spécialement affrété qui va nous conduire à “Traben-Trarbach”, point de départ de la randonnée. Arrivés sur place nous faisons connaissance avec nos bateaux, des yolettes de 3 ou 4 rameurs avec un poste de barreur qui peut éventuellement être converti en rameur supplémentaire. Ces bateaux sont un peu plus larges que nos yolettes (voir même beaucoup plus larges pour certains) car prévus pour pouvoir affronter les vagues du Rhin.

Le départ est donné et ce sont six bateaux qui s’élancent sur la Moselle sous un ciel dégagé. Le paysage défile devant nous : une jolie vallée encaissée, les pentes des collines sont quasiment toutes plantées de vignes. Des petits village typiques apparaissent de temps en temps entre les forêts et les vignes.

La Moselle coule assez rapidement, nous croisons nos premières péniches d’une taille honorable. Curieusement celles-ci font peu de vagues et les bords non aménagés ne renvoient pas les vagues sur nos bateaux, ça nous change de la Deûle !

La journée se passe sans encombre et nous permet de faire connaissance avec quelques uns de nos hôtes. Pascal, Viviane et Catherine sont emmenés par Guido, l’organisateur de cette randonnée. Fanny, Julie et Stéphane font connaissance de Dieter et Siegfried (Ziggy pour les intimes) qui se révélera être un guide touristique intarissable. Marie quant à elle, ne se démonte pas et prends la nage d’un bateau de pointe, rien que ça.

Après le passage de deux écluses (ponctué par un “Hip ! Hip ! Hourra !”, apparemment une tradition Allemande), nous accostons au camping de Senheim et nous y plantons les tentes pour la nuit. Le repas du soir est pris dans un petit restaurant fort sympathique, mais après s’être levés à 6h00 du matin et ramé une bonne partie de la journée (40 km de parcourus), nos yeux ont du mal à rester ouvert et tout le monde va se coucher vers 21h30.

Le dimanche nous nous mettons en route à 9h30, à nouveau pour 40 km. Tout le monde prend le soin de se couvrir de crème solaire pour éviter d’aggraver les coups de soleil apparus la veille.

Le temps se montre néanmoins un peu moins clément avec notamment un vent assez fort qui, lorsque nous nous retrouvons contre, nous ralenti fortement et rend l’accostage du midi quelque peu périlleux. Fort heureusement il n’y aura pas de problème et pas de casse.

Le soir nous arrivons à Hatzenport, là aussi nous débarquons directement au camping et la soirée se déroule dans un charmant petit restaurant avec une dégustation de vin pour quelques rameurs et les explications passionnés du maître des lieux. Sans comprendre l’Allemand nous devinons rapidement quelques mots (“cuvée”, “rosé”, “pinot noir”, “blanc de noir”...) comme quoi le Français est indissociable de la fabrication du vin.

Le lundi matin nous réserve une mauvaise surprise, à peine levé il y a un fort vent, hérité de la veille, mais également de la pluie qui nous contraint à prendre un petit déjeuner à l’abri sous nos tentes. Là encore nous nous angoissons pour rien, vers 9h00 du matin le ciel se dégage et c’est sous un soleil radieux que nous prenons la direction de Koblenz (Coblence). Le midi nous faisons halte au club d’aviron de Coblence avant d’attaquer la partie la plus impressionnante de notre voyage. C’est en effet à Coblence que la Moselle se jette dans le Rhin. Au point dit du “Deutsches Eck” (littéralement le “coin allemand”) les deux cours d’eau se rencontrent. A partir de ce point les conditions et le paysage changent : fini la petit vallée encaissée et champêtre de la Moselle qui ne faisait “que” 200m de large. Nous attaquons un fleuve de plus de 350m de large, un passage de péniches incessant et un courant constant d’environ 5 km/h.

Le soir nous faisons halte au club d’Andernach. A ce moment là nous avons déjà parcouru 130km, il ne reste plus qu’une journée et il faut encore faire 70km. En vue de cette dernière journée nous testons un restaurant Yougoslave qui nous sert des plats pantagruéliques (je ne pensais pas qu’on pouvait mettre autant de viande sur un pique à brochette). Ce ne sera pas de trop vu ce qui nous attend encore.

Le mardi matin annonçait encore une fois un temps peu agréable, du vent et des nuages. Encore une fois nous avons eu de la chance car le ciel s’est rapidement dégagé et nous n’avons pas eu à déplorer une seule goutte de pluie. Les dieux Allemands sont avec nous.

Nous découvrons un peu plus le Rhin : nous passons devant les restes du pont de Remagen et traversons la ville de Bonn. Le paysage est moins accidenté, moins sauvage mais tout aussi agréable. Ce n’est qu’à l’approche de Cologne que nous passons devant des usines, une sorte de retour à la civilisation progressif qui annonce la fin de notre beau voyage. Toutes les meilleures choses ayant une fin nous atteignons finalement le club de Cologne, après quatre jours qui nous en auront parus huit tellement nous étions dépaysés et déconnectés de la vie normale. Un dernier effort pour sortir les bateaux, les laver et les ranger. Une dernière photo souvenir et c’est l’heure des adieux et le retour à Lille sans encombre.

Assurément une très belle sortie et un très bon souvenir que nous avons tous partagés dans une très bonne ambiance. Je vous laisse regarder les photos présentes sur le site pour vous faire une idée.

Nos nouveaux amis Allemands nous ont proposé une randonnée de plusieurs jours à Berlin l’année prochaine, comment refuser ?

photos de rameurs et de bateauxAVIRON UNION NAUTIQUE DE LILLE

Aviron Union Nautique de Lille - 38 Avenue Marx Dormoy. BP86 59006 LILLE CEDEX. Tel : 03 20 92 10 98  -  nous contacter